Cigarette Électronique« Les cigarettes électroniques ont un potentiel énorme pour sauver des millions de vies » déclarent les médecins du Royal College.

Les craintes au sujet des cigarettes électroniques ont été exagérées, selon une révision certifiée qui conclut qu’elles sont en mesure d’aider les fumeurs à arrêter, qu’elles sont relativement inoffensives et qu’elles ne tentent pas les enfants, ni les non-fumeurs.

Les médecins devraient encourager les fumeurs à passer au vapotage dans l’espoir que la plupart d’entre eux soient en mesure de changer, conclut un rapport du collège aujourd’hui. « Si nous réussissons, pas seulement des milliers de vies mais des millions seront potentiellement sauvées, l’impact serait éventuellement énorme. » déclare John Britton, Président du groupe consultatif de la stratégie antitabac du collège. « Nous entrons dans une situation où les gens sont en mesure d’utiliser la nicotine sans se tuer. »

Le soutien du collège, vieux de 498 ans, qui suggère que l’établissement médical est attaché aux cigarettes électroniques, qui sont utilisées par plus de deux millions de personnes en Grande-Bretagne, suscite une énorme polémique. Le professeur Britton a déclaré que l’examen avait été conçu pour mettre fin aux “messages ambigus” des experts de la santé sceptiques quant à la cigarette électronique. « Les fumeurs ont besoin du plus grand nombre d’alternatives possible. Tout ce qui compte, c’est qu’elles fonctionnent et je pense que c’est une honte que notre profession ait été si méfiante » déclare-t-il.

Le rapport d’aujourd’hui, soutenu par de nombreuses organisations sanitaires, telles que le Cancer Research UK et la British Lung Foundation, mentionne quelques motifs à craindre quant au fait que les cigarettes électroniques puissent rendre l’acte de fumer à nouveau normal ou retarder l’arrêt du tabagisme.

« Ce rapport contredit presque toutes les inquiétudes liées à ces produits » déclare le Professeur Britton. « Elles ont effectué une contribution importante et pouvaient en faire une encore plus grande.”

Les cigarettes électroniques offrent un niveau de nicotine plus rapide et plus fort que les patchs ou les chewing-gums, et imitent mieux l’acte de fumer et, par conséquent, « répond à de nombreux critères pour un produit réduisant les méfaits du tabac ».

Parce qu’elles n’ont pas l’aura trouble-fête des médicaments, elles sont plus acceptables pour les fumeurs et permettent aux gens de maintenir leur « identité sociale ».

Les cigarettes électroniques ne contiennent pas de tabac, et le rapport conclut que la nicotine et le propylène glycol à « l’état de fumée », l’autre ingrédient principal, ne sont pas plus dangereux que le café. Jane Dacre, Présidente du collège, déclare : « En ce qui concerne tous les risques potentiels, la réduction des préjudices dispose d’un potentiel énorme pour empêcher la mort et les maladies liées au tabagisme, et pour accélérer nos progrès vers une société sans tabac. »

Le collège admet que les saveurs parfois ajoutées peuvent présenter des risques, ajoutant que : « Les effets sur le long terme ou les rares effets indésirables resteront incertains tant que les cigarettes électroniques sont largement utilisées pendant plusieurs décennies. »

Alors que les cigarettes électroniques peuvent être moins efficaces pour aider les fumeurs à arrêter que l’association de médicaments et de conseils, elles sont 50 pour cent plus efficaces pour arrêter sans aide et encouragent un plus grand nombre à essayer d’arrêter, conclut le rapport.

Penny Woods, directrice générale de la British Lung Foundation, déclare : « Ce rapport devrait fournir du réconfort aux fumeurs encore incertains quant à l’utilisation des cigarettes électroniques. Vapoter est moins nocif que fumer, et si vous utilisez des cigarettes électroniques pour vous aider à arrêter, alors ceci pourrait vous sauver la vie. »